Gone Girl : Séduction, Manipulation et Déraison.

affiche-gone-girl

Cela fait maintenant 10 jours que j’ai vu ce film. Cela fait du bien parfois d’attendre un peu avant d’écrire un article sur un sujet précis. Cela me permet de prendre un peu de recul et de voir au final ce que je retiens du film. Et j’avoue que c’est l’un des meilleurs films que j’ai vu depuis le début de l’année, donc un post dessus me paraît inévitable !

La bande-annonce m’avait beaucoup plus et m’intriguait … très souvent quand je vois des bande-annonce qui me donnent envie de voir un film, je suis déçue de ce dernier. Pour le coup, je n’ai pas été déçue. Bien que les 2h25 de film me faisaient un peu peur (surtout à la séance du vendredi soir de 22h30, après une semaine de boulot, quand c’est l’heure pour Mamie Christelle de faire dodo …), il valait mieux que le film me plaise ! Et je n’ai pas vu le temps passer …

720x405-gone-girl-DF-01826cc_rgb

Après une première partie de mise en place du film (le contexte, le caractère de chaque personnage, etc.) l’angoisse prend peu à peu place, les personnages étonnent et révèlent leur vraie personnalité. Et quand l’intrigue de la disparition d’Amy Dunne (Mme Ben Affleck dans le film) semble être résolue, il n’en est rien … le film se poursuit et l’angoisse perdure. Difficile d’en dire plus sur l’histoire pour ne pas spoiler le film !

Avec une bande-son au top qui contribue à rendre l’univers haletant, une réalisation des plus réalistes, un jeu d’acteur juste qui rend les personnages troublants (chapeau à Rosamund Pike !), ce thriller de David Fyncher est pour moi une sacré réussite. La violence du film monte de façon crescendo et tombe à pic quand la tension est à son comble (attention, quelques scènes sont TRES violentes !). Seul petit bémol pour ma part : la fin … même si celle-ci colle parfaitement au style du film ! Alors, si vous voulez en savoir plussur Gone Girl, ne tardez plus et allez le voir tant qu’il passe au ciné !

gone-girl-01_1485x612

Publicités

Inside Llewyn Davis

Dur dur de prendre le pli et de suivre une certaine rigueur pour animer un blog …

Donc, me revoilà plus d’un mois après mon dernier article, tout juste de retour de quelques jours à New York … (le rêve cette grosse pomme), mais bon, je ne vais pas m’étendre sur mes vacances mais plutôt sur un film que j’ai pu voir dans l’avion en allant là-bas. (au passage, je dois quand même me la péter en précisant que c’était dans l’A380 en classe Premium … plus de places, du champagne, un écran plus grand BREF, de bonnes conditions pour apprécier un bon film). Et, il s’agit du film Inside Llewyn Davis.

21062516_20131202102023739.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Je n’avais jusque-là aucune connaissance de ce film (ayant pourtant reçu le Grand Prix du jury au festival de Cannes 2013 et sorti en salle en France début novembre …) mais quand j’ai vu qu’il s’agissait d’un film des frères Cohen, cela m’a attiré l’attention. Puis, petit spitch sur l’histoire du film « le parcours d’un chanteur de folk qui ère dans Greenwich Village (à New York, yes faut que je le vois pour me mettre dans l’ambiance ^^) pendant les années 60 ». Ce petit résumé me plaît et cerise sur le gâteau, je vois un certain Justin Timberlake dans les acteurs (miam miam !)… Bon, on s’enflamme pas, quand je m’attends à un bon film souvent je risque d’être déçue. C’est parti pour 1h45.

Ainside-llewyn-davis-3-176e8utant dire que je n’ai pas été déçue, déjà, le plaisir était pour mes oreilles. Ecouter de la folk américaine pendant le film, même pour une ignorante de la culture folk traditionnelle américaine comme moi, c’est juste le summum de la détente et du bien-être. Sans parler de la scène culte en studio où les trois compères enregistrent « Please Mr.Kennedy », j’en aurais presque oublié que j’étais dans un avion (oui, j’angoisse en avion …!). Mon petit coup de coeur va également au chat roux, qui n’est autre que le point de départ du film, héhé je ne vous en dirai pas plus.  Les personnages sont détonants et étonnants, les dialogues sont exquis, l’humour est omniprésent, les émotions sont vraies et le cadre est parfait.

Un film où les frères Cohen arrivent à mêler humour décalé mais aussi poésie autour d’une histoire classique mais attachante d’un artiste loser de première … Une réalisation au top aidée par le jeu des acteurs au plus juste (Oscar Isaac, Carey Mulligan, Justin Timberlake, John Goodman, etc.)