Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire …

Depuis des mois je voyais la couverture de ce livre dans les magasins … j’avais lu le résumé, et m’étais dit « Tiens, je le lirai un de ces 4 … »

« Alors que tous dans la maison de retraite s’apprêtent à célébrer dignement son centième anniversaire, Allan Karlsson, qui déteste ce genre de pince-fesses, décide de fuguer. Chaussé de ses plus belles charentaises, il saute par la fenêtre de sa chambre et prend ses jambes à son cou. Débutent alors une improbable cavale à travers la Suède et un voyage décoiffant au cœur de l’histoire du XXe siècle. Car méfiez-vous des apparences ! Derrière ce frêle vieillard en pantoufles se cache un artificier de génie qui a eu la bonne idée de naître au début d’un siècle sanguinaire. Grâce à son talent pour les explosifs, et avec quelques coups de pouce du destin, Allan Karlsson, individu lambda, apolitique et inculte, s’est ainsi retrouvé mêlé à presque cent ans d’événements majeurs aux côtés des grands de ce monde, de Franco à Staline en passant par Truman et Mao… « 

le-vieux-qui-ne-voulait-pas-fêter-son-anniversaireAprès avoir fini un Douglas Kennedy, je me suis décidée à le lire avant que le film dont j’entendais déjà parler ne sorte.

Autant dire que dès les premières pages, j’ai accroché au style déjanté du livre. Si vous êtes amateurs du réalisme et insensibles à l’humour noir, abstenez-vous ! Ce papi centenaire vous choquera à maintes reprises, et c’est ce qui m’a plu. J’ai rarement autant ri toute seule devant mon livre et pourtant cette fois-ci je me suis retenue de ne pas rigoler dans le train en passant pour une psychopathe.

Le roman vogue entre l’évasion loufoque d’Allan Karlsson qui, au gré de ses rencontres éliminera quelques voyous, et le récit de sa vie où il a traversé le monde et l’histoire du 20ème siècle. Ne vous étonnez pas de croiser Franco, Staline ou De Gaulle au cours du livre, cela vous permettra de réviser vos cours d’histoire de collège (avec une vision légèrement détournée !). Malgré un ou deux passages qui trainent un peu en longueur et me rappellent que je ne connais rien à la stratégie politique ou militaire, ce livre est accessible à TOUS ! Et le rythme du livre vous portera rapidement au bout des 500 pages.

Bon, seul bémol, accrochez-vous pour suivre les noms suédois des personnages et des villes liés à l’origine de l’auteur : Karlsson, Aransson, Södermanland, Bosse, Bulten, … on s’y perd !

Et si vous n’avez pas le moral ces derniers temps, ce livre vous sera plus efficace que n’importe quel médoc !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s